Le linky : fausse bonne idée ?

par | Fév 22, 2018

Mercredi 7 février 2018, la Cour des comptes française a rendu son rapport concernant le Linky et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce rapport ne prend pas de pincettes.

Mais le Linky, c’est quoi ?

Le Linky, c’est un compteur électrique ‘’communiquant’’ dit aussi ‘’intelligent’’ développé par le gestionnaire Enedis (ancien ERDF). Le but de ce compteur serait de réduire sa consommation énergique en permettant de la maîtriser même si, visiblement, des informations claires et précises sur cette même consommation ne semblent pas pouvoir être données par Enedis.
Installés dans des millions de foyers en France, ces compteurs sembleraient arriver en Wallonie pour 2019 et c’est le gestionnaire ORES qui leur ouvrira les portes. Néanmoins, leur arrivée dans notre pays ne ravit pas tout le monde.

Pourquoi le Linky est une mauvaise idée ?

Le réel plus grand avantage du compteur Linky, le fait que l’on peut relever à distance, ne profite pas aux consommateurs mais aux gestionnaires de réseau qui s’enrichissent d’avantage. Cet avantage uniquement profitable pour les gestionnaires de réseaux s’ajoute à tous les inconvénients rencontrés par les consommateurs bénéficiant de ce compteur Linky.

Bénéficiaire…mais pour qui ?

La Cour des comptes, qui a rendu son rapport ce mercredi 7 février, dépeint les nombreux problèmes liés à ce compteur.
Ce rapport alarmant dénonce un dispositif plus que couteux pour les consommateurs en France. 5,7 milliards d’euros vont être récupérés via les factures par Enedis à partir de 2021.
En plus de cela, les soi-disant économies promises aux consommateurs ne sont que de la poudre aux yeux. Les compteurs Linky devaient permettre aux consommateurs de suivre leur consommation personnelle de manière détaillée afin de la maîtriser et de limiter la consommation et donc les coûts. Mais cela n’est absolument pas le cas car le compteur ne fournit que peu d’informations sur la réelle consommation.

Un risque sanitaire à prendre en compte

Une expertise de l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a été menée en 2016 en France sur l’évaluation de l’exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants et sur les effets sanitaires potentiels associés.
De cette expertise, il en découle qu’il y aurait une faible probabilité que cela engendre des effets sanitaires sur le court ou long terme. Néanmoins, de nombreux témoignages troublants ne cessent de fleurir.
En quelques mots, les données des Linky sont transmises par CPL, c’est à dire ‘’courant porteur en ligne’’. Le CPL transmet donc les données numériques sous forme d’impulsions électriques, à travers nos circuits domestiques. Or, ces circuits ne sont pas blindés pour permettre de véhiculer sans risque ces champs électromagnétiques car ils ne sont pas conçus à cet effet. Il y a donc un risque d’électro-sensibilité.
En 2011, le CIRC (Centre International de Recherche contre le Cancer) classe les radiofréquences comme ‘’potentiellement cancérigènes’’. Malheureusement, aucun lien n’a encore été établi entre ces ondes et leurs terribles conséquences malgré les risques spécifiés. Cela rend le combat difficile à justifier.

Des pertes d’emplois massifs

Avec ces nouveaux compteurs, plus besoin de technicien à domicile sauf uniquement pour la pose du compteur mais ceux-ci ne sont que des salariés des entreprises sous-traitantes de pose. Ce sont donc des emplois précaires.
Cette baisse de besoin en techniciens amène une perte d’emploi considérable dans une Europe déjà enracinée dans un chômage grandissant et un gain pour les gestionnaires de réseaux puisque ceux-ci en remerciant leurs techniciens réduisent ainsi leurs coûts de prestations.

Risque d’incendies inquiétant

Pas moins de 8 incendies causés par le Linky ont eu lieu en France. Et au Canada, après 8 incendies en deux mois, 100 000 compteurs ont du être désinstallés. Ces chiffres ont de quoi inquiéter. Pire encore, plusieurs témoignages d’incendies chez les particuliers ont été enregistrés lors de ces dernières années. Des débuts d’incendies, des boitiers Linky brûlés,… Tant de signaux alertant du risque de la possession d’un de ces compteurs intelligents.

Protection de la vie privée et piratage

Autre sujet dans la série des inconvénients liés au Linky : la protection des données.
Toutes les informations collectées par ce compteur constituent une intrusion dans la vie privée du consommateur. Le transfert des données permet d’identifier des détails dans les habitudes de l’habitant tels que les heures de coucher ou encore les périodes d’absence. Cela amène à se poser la question du piratage. Chaque système informatique est piratable.
Si ce système tombait entre de mauvaises mains, cela pourrait avoir des lourdes conséquences. Que ce soit à petite échelle comme par exemple un voleur qui aurait eu information sur les périodes de départ de certains consommateurs ou encore à grande échelle si un organe terroriste avait dans l’idée de mettre tout le pays en black out.

Comment contourner ce compteur Linky ?

Si ces compteurs arriveront d’ici peu en Wallonie de manière obligatoire, il y quand même une solution pour en éviter certaines conséquences :

S’équiper d’un filtre CPL : une des solutions proposées serait l’installation d’un filtre passe-bas CPL. Cela permettrait de bloquer la transmission du compteur Linky.
Cette solution légale n’est pas des plus simples car elle nécessite l’intervention d’un électricien professionnel.
Cette solution permettrait donc aussi bien d’empêcher le gestionnaire de réseau d’accéder aux données que de protéger les consommateurs des risques sanitaires que l’utilisation de CPL sur des simples câbles électriques -inadaptés à ces fins- peuvent provoquer.

Vous pouvez également signer la pétition contre l’arrivée du Linky en Belgique:

Rejoignez la Team Super Héros !

Connectez-vous au QG et restez informés de nos News, Activités, Promos et Surprises.

Pas de Spam, c'est promis!

Vous vous êtes inscrit avec succès !