Selon WIKIPEDIA

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA, en anglais European Food Safety Authority, EFSA) est une des principales agences de l’Union européenne. Elle est chargée de l’évaluation des risques dans le domaine des denrées alimentaires.  Elle fournit des conseils scientifiques sur les risques existants ou émergents dans ce domaine. Elle publie des avis, émis par son comité scientifique et ses groupes scientifiques, chacun dans sa sphère de compétence. Ces avis n’ont pas de valeur législative et, dans le cas où ils concernent l’évaluation de dossiers de demandes d’autorisation, ils n’ont pas valeur d’autorisation. Ce sont la Commission européenne, le Parlement européen et les États membres qui prennent les décisions de gestion (autorisation, interdiction, surveillance, etc.).

L’EFSA informe la Commission européenne, le Parlement européen et les États membres de l’UE afin que ces acteurs puissent prendre des décisions éclairées en matière de gestion des risques, de façon à garantir la protection de la santé des consommateurs européens et la sécurité de la chaîne alimentaire humaine et animale. Sur toute question relevant de sa compétence, l’Autorité doit communiquer de façon ouverte et transparente avec le grand public. Les conflits d’intérêt de certains membres du conseil d’administration ou de panels de scientifiques ont été critiqués, notamment par le mouvement écologiste puis par la Cour des comptes européenne.


EN RÉALITÉ

CEO publie un nouvel outil de vulgarisation expliquant quelques-uns des principaux problèmes de l’EFSA, l’agence chargée de délivrer des recommandations scientifiques en matière de sécurité alimentaire aux autorités européennes.   Ce film d’animation de trois minutes vous permet d’en apprendre davantage sur le fonctionnement de l’EFSA et dans quelle mesure celui-ci bénéficie à l’industrie agro-alimentaire et à des multinationales des pesticides et des biotech telles que Monsanto, Syngenta, Unilever, Nestlé…

Les experts et les responsables de l’EFSA sont-ils indépendants de l’industrie? Quel rôle l’industrie joue-t-elle dans les tests sanitaires effectués par l’EFSA? L’EFSA n’utilise-t-elle pas d’autres recherches indépendantes sur ces produits?

Le film est publié en anglais et en français. N’hésitez pas à le faire circuler et à l’utiliser dans vos réseaux!   Abonnez-vous à leur chaîne YouTube 🙂

Un peu d’humour avec Vévé


L’affaire Séralini: 

1) OGM, vers une alerte mondiale

France 5 2012
“La publication, mercredi 19 septembre 2012, de l’étude sur les OGM menée par le Professeur Gilles-Éric Séralini change notre regard sur le sujet. A cette occasion, France 5 diffuse un document inédit qui retrace l’aventure de cette étude. Depuis 2008, le Professeur Gilles-Éric Séralini et son équipe ont réalisé en secret une série de tests sur le maïs Nk603. Les résultats sont alarmants et portent un sérieux doute sur l’innocuité des produits génétiquement modifiés.”

[hdvideo id=109 ratingscontrol=on flashvars=autoplay=false]

2) Séralini au Parlement Européen (28/11/2013) - Elsevier retire l’étude Séralini sur les OGM

Conférences de presse Corinne LEPAGE - ENVI rapporteur 10:30 / 11:40 - 28-11-2013

La revue internationale Food and Chemical Toxicology (FCT) a demandé le retrait de notre étude publiée il y a plus d’un an (Séralini & al., 2012, Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize. Food and Chem. Tox. 50:4221-4231) sur la toxicité à long terme de l’herbicide Roundup et d’un maïs OGM le tolérant. Après l’analyse de toutes nos données, l’éditeur-en-chef certifie qu’il n’y a ni fraude ni données incorrectes, ni mauvaise interprétation intentionnelle. Cependant, il prend parti sur le fait qu’on ne puisse pas tirer de conclusions, à cause de la souche et du nombre de rats utilisés. Ces critiques inacceptables ont déjà fait l’objet d’un débat publié il y a un an par la même revue (Séralini & al., 2013, Answers to critics: why there is a long term toxicity due to NK603 Roundup-tolerant genetically modified maize and to a Roundup herbicide. Food and Chem. Tox. 53:461-468). Elles ont été promues par la société Monsanto dans la presse, alors qu’un de ses dirigeants Richard Goodman a pénétré au bureau de FCT au poste chargé de l’édition des recherches sur les biotechnologies, après parution de notre étude. Ce retrait ne serait pas autorisé par les normes éthiques internationales auxquelles adhère la revue (nommées COPE), puisqu’il y a ni erreur ni fraude. Par contre, la courte étude de Monsanto publiée dans la même revue pour prouver l’innocuité de leur produit comporte erreurs ou fraudes, et ne fait pas l’objet d’une controverse. Bien que réalisée avec la même souche et le même nombre de rats, ses comparatifs sont faux, car les croquettes des rats témoins sont contaminées par des OGM à des doses comparables aux rats traités. Cela est en lien avec le nombre de rats demandé, très grand, pour les études de cancérogenèse. Ces doubles critères subjectifs sont inadmissibles et mettent en danger la science et la santé publique.

3) OGM débat Séralini Lepage

4) Séralini en bref

5) Dans la presse

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/10/04/ogm-l-efsa-rejette-en-l-etat-l-etude-seralini_1770450_3244.html

6) NOUVELLE ETUDE SUR LES PESTICIDES


Un reportage qui ne vous laissera aucun doute sur le fait que l’EFSA est une marionnette des lobby.

Sucre, comment l’industrie vous rend accros,méthodes de trafiquants de drogue? Constatez vous-même

[hdvideo id=35 ratingscontrol=on flashvars=autoplay=false]

 

 

Rejoignez la Team Super Héros !

Connectez-vous au QG et restez informés de nos News, Activités, Promos et Surprises.

Pas de Spam, c'est promis!

Vous vous êtes inscrit avec succès !